Abidjan/Un bel hommage rendu aux femmes écrivaines ivoiriennes.

  • Par Konaté Balla
  • 10 Mars 2020
  • 248 vues

A la faveur de la journée internationale de la femme 2020, l’AECI a distingué 60 femmes écrivaines et actrices du livre en Côte d’Ivoire le samedi 07 Mars à Abidjan-Cocody.


Cette rencontre intellectuelle avait pour objectif de présenter le féminisme sous son angle mélioratif et surtout booster le statut de la femme africaine.  Présidée par Flore HAZOUME, écrivaine bien connue en Afrique, la cérémonie s’est déroulée en trois temps : une série d’allocutions, quelques communications et enfin une phase de distinctions honorifiques.

L’on retiendra en substance avec Georges Akpa, de l’Université internationale de Grand-Bassam, que la femme africaine est victime de bien des injustices séculaires et il faut surtout relever que particulièrement en période électorale, l’étendue des VBG (violences basées sur le genre) doit interpeler toute la société. Même si aucun pays ne dénie à la femme ses droits, on remarque qu’elle est le plus souvent punie pour son audace en situation électorale : soit en tant que candidate, soit en tant que votante ou simple commissaire électorale). Ce qui contribue à l’affaiblissement de la démocratie en Afrique. L’universitaire préconise une législation forte renforcée d’une campagne de sensibilisation de la société entière.

Quant à la Présidente Flore Hazoumé, elle s’est interrogée plus spécifiquement sur l’image que présente la femme du milieu urbain aujourd’hui. Scolarisée et salariée bien souvent, elle ne semble pas être consciente de son rôle dans le combat pour l’émancipation de la jeune fille. Soucieuse de présenter un postérieur soigné, un teint clair, une tenue sexy, elle est plutôt préoccupée de plaire auprès des hommes. Pour que l’émancipation soit une réalité, la femme moderne doit s’affranchir des carcans. «  Nous sommes des fossoyeuses de notre liberté ! », a-t-elle conclu, invitant ainsi ses sœurs à prendre leur pleine responsabilité.

Madame le Ministre Danielle BONNY Claverie, Marraine de l’événement, a été invitée à remettre les distinctions prévues pour les grands noms au féminin de la littérature ivoirienne. Ce qu’elle a exécuté, non sans avoir remercié le Président ETTY Macaire, Président de l’AECI, pour avoir organisé un si bel hommage. En bonne conseillère, elle a également invité les organisations de la société civile à s’investir dans la lutte contre la banalisation des crimes immondes enregistrés ces temps-ci sous nos cieux.      

Articles connexes