CI/Abidjan : Le SIPSA pour un développement de l’Afrique par la Culture.

  • Par Akina De kouassi
  • 24 Mai 2019
  • 43 vues

Ouvert le vendredi 17 mai 2019 sur le CampusUniversitaire de Cocody, la deuxième édition du Salon International des Proverbes et Sagesses Africains (SIPSA) a fermé ses portes le samedi 18 mai par un dîner gala.


Un plateau pour quatre panelistes, un récital d’artistes  slameurs, des prestations de danses traditionnelles et urbaines, un buffet gourmand offert, avec la présentation et la dédicace du livre RHAPSODY des proverbes et sagesses africains, tels ont été les points focaux de la soirée qui a réuni les mordus de la chose culturelle ; au nombre de ceux-ci, des autorités politiques et administratives, des chefs d’entreprises et d’ONG, des journalistes, des écrivains.

Au cœur des échanges qui ont eu lieu, le plus vieux continent a été mis face aux défis de la mondialisation. Il ressort de ces échanges qu’aucun développement n’est possible pour l’Afrique que « si ses fils et filles prennent conscience qu’il est de leur devoir d’œuvrer au quotidien dans le bon sens, suivant le paradigme africain des époques de gloire créé par les ancêtres. » Cela dit, un recours au passé s’avère nécessaire pour relever le pari.

Toutefois, l’on ne pourrait y arriver si l’on n’associe pas la spiritualité africaine au projet. Une œuvre de longue haleine qui doit pouvoir se transmettre de génération en génération, selon les recommandations des panélistes. Mais, diront-ils, c’est loin d’être une utopie. C’est tout le sens de l’initiative qui a abouti à la création de cet événement, le Salon International des Proverbes et Sagesses africains, soutenu par d’autres initiatives dont la Fondation Anansi .

Une fondation qui porte le nom d’un personnage très populaire et exceptionnel en Afrique, connu partout à travers les contes et légendes africains pour la grande sagesse et la ruse dont il fait preuve dans les rôles qu’on lui attribue. Il s’agit notamment de Kakou Anansê, l’araignée. Ce personnage qui aura appris aux hommes qu’on peut planter un grand arbre à partir d’une toute petite et insignifiante graine. A l’image de ce personnage, la Fondation Anansi qui a associé son image au projet de cette deuxième édition du SIPSA veut réunir des mentors africains, des influenceurs qui pourront remettre le témoin aux prochaines générations d’hommes et femmes africains.

Pour leur part, Messieurs Boazo et Diomandé qui ont respectivement représenté le Ministre Aka Aouélé, parrain de cette édition du SIPSA et le Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody, partenaire officiel du SIPSA 2019, ont marqué toute leur satisfaction quant à l’intérêt de l’initiative pour le continent dans son ensemble. Le rideau s’étant ainsi refermé sur le SIPSA 2019, l’on attend la prochaine édition qui se tiendra dans un autre pays d’Afrique, puis que ce projet se veut itinérant.                  

Articles connexes