CI/Cinéma:Lancement des Rencontres Cinématographiques du Phare (Reciph) 2020

  • Par Yaya konaté
  • 20 Sept. 2019
  • 80 vues

Grand-Bassam, première capitale de la Côte d’Ivoire, première localité ivoirienne à posséder une salle de cinéma en 1904, dénommée ‘’cinéma Appolo’’. Autant d’atouts qui font de cette cité une ville cinématographique.


Jean Louis Moulot, le premier magistrat de cette cité a décidé de faire revivre le cinéma. Ainsi s’est-il associé à l’acteur ivoirien, promoteur de Babiwood, Guy Kalou à travers une convention de partenariat pour l’organisation des rencontres cinématographiques du phare (reciph). Le lancement de cet évènement qui aura lieu en 2020, s’est tenu le jeudi 29 août 2019, sur l’esplanade du Phare.

Mais avant, deux panels ont meublé cette journée. Le premier avait pour thème : « Quels modèles pour la production et la distribution de courts métrages produits localement ? ». Puis, le second : « l’implication des collectivités locales dans la promotion des arts et de la culture ». Ces panels ont été animés par Sébastien Aubert, producteur français et par une délégation de la ville de Cannes, délégation conduite par Magali Chelpi-Den Hamer, Conseillère municipale déléguée à la Coopération décentralisée internationale.

Placées sous le Haut patronage du Vice-Président de la République, Daniel Kablan Duncan, sous la présidence du premier ministre, Amadou Gon Coulibaly et sous le co-parrainage des Ministres en charge de la Culture et du Tourisme et des loisirs, les reciph 2020, qui  se tiendront du jeudi 13 au dimanche 16 février dans la ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco, se veulent être une plateforme de promotion pour la visibilité et la valorisation du 7ème art local ainsi que les autres arts. Elles permettront de susciter l’investissement du privé, de l’institutionnel, et du mécénat, dans la production et la promotion de l’industrie cinématographique en Côte d’Ivoire.

Cette dernière, aujourd’hui repositionnée au 5ème rang des pays leaders en matière de cinéma en Afrique, voit de plus en plus ses productions glaner des prix lors des festivals de cinéma à travers le monde. Ce qui prouve que le cinéma ivoirien a encore de beaux jours devant lui.

Articles connexes