CI/La fondation Didier Drogba contre l'analphabétisme

  • Par Yaya konaté
  • 27 Mai 2019
  • 85 vues

La Ministre Kandia Camara (MENETFP) a procédé à la signature d’un protocole d’accord  avec la Fondation Didier Drogba et l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique(Adea), mercredi 08 mai au Plateau à son Cabinet.


Pour la première responsable de l’école ivoirienne, qui a souhaité la bienvenue à ses hôtes de marque, ce projet est une bonne opportunité pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. « Il répond à la vision du Président de la République, qui a fait de l’alphabétisation, de la formation et la politique de l’employabilité des jeunes, une cause nationale ». Toutefois, la ministre a souhaité que  le projet soit élargi « à une grande frange de la population, aux adultes qui sont analphabètes ».

L’objectif  de cette synergie d’action est de mieux lutter contre l'analphabétisme en Côte d’Ivoire, par l’usage du smartphone et permettre par la même occasion  à un grand nombre  de jeunes de savoir lire et écrire, si on s’en tient au témoignage de la star internationale du football, Didier Drogba.

« L'idée est de pouvoir toucher 1 million  de jeunes ivoiriens, et 5 millions  d’africains, en l'espace de trois ans », a relevé Didier Drogba qui s’est  dit préoccupé par le taux de personnes analphabètes en Côte d’Ivoire (43%) et plus de 50% en Afrique. 


"Au-delà des effets bénéfiques de l’alphabétisation pour les individus, les programmes d’alphabétisation doivent constituer des vecteurs de renforcement des valeurs universelles et le socle de la renaissance culturelle africaine pour mieux promouvoir l’intégration continentale ", a-t-il ajouté.


Le numérique, a insisté Drogba «  peut–être une chance, car en Afrique aujourd’hui, chacun a un téléphone, mieux un smartphone. L’alphabétisation numérique donne des résultats probants et plus rapides, car, en 4 ou 6 mois, une personne alphabétisée au numérique peut savoir lire et écrire », a-t-il ajouté.


Cet optimisme est partagé aussi par le Secrétaire Exécutif de l’Adea : « Nous soulignons la nécessité d'améliorer l'alphabétisation, afin d'atteindre l'objectif plus ambitieux consistant à mieux répondre à la demande d'éducation des enfants hors du système éducatif et des adultesIl s’agit de passer par l'alphabétisation numérique, en vue de permettre aux personnes non alphabétisées d’apprendre rapidement à lire, à écrire, et d’acquérir de nouvelles compétences ».


Par ailleurs, il a indiqué que  la phase pilote de ce projet démarrera en Côte d’Ivoire, avant d’être étendu au reste du continent africain.


 

Articles connexes