Cinéma/GUSTAVE SORGHO : TRAJECTOIRE EXEMPLAIRE D'UNE ICÔNE DU CINÉMA BURKINABÈ

  • Par Akina De Kouassi
  • 13 Oct. 2023
  • 418 vues

Dans un monde où la passion et le travail se croisent rarement de manière harmonieuse, Gustave Sorgho, originaire du Burkina Faso, a réussi à tracer son chemin remarquable dans l'industrie cinématographique.


   Sa carrière a été une transition fascinante, passant de l'enseignement à la banque, pour finalement devenir l'une des figures les plus emblématiques du cinéma burkinabè, grâce à son humilité, son dévouement et sa soif constante d'apprentissage.

    Gustave Sorgho, l'acteur polyvalent, a donné vie à de nombreux personnages mémorables, dont Sidiki Kam, Gaoussou, Doyen, pour n'en nommer que quelques-uns, à travers divers films. 

       Issu d'une famille où le père était fonctionnaire, Gustave a commencé son parcours éducatif dès l'âge de 4 ans à Houndé. En raison des responsabilités professionnelles de son père, il s'est fréquemment déplacé, voyageant à travers des villes telles que Bobo Dioulasso, Gaoua et Nouna. C'est à Ouagadougou qu'il a obtenu son Certificat d'études primaires, avant de décrocher son BEPC (Brevet d'études du premier cycle) à Tenkodogo. Sa soif de connaissance l'a ensuite conduit au Cours normal d'où, très jeune, il est devenu instituteur à l'âge précoce de 19 ans.

     Cependant, sa carrière d'enseignant a été interrompue en raison de la santé de sa mère, une période difficile qui l'a conduit à quitter l'enseignement. Un tournant inattendu l'a conduit à la SICA (aujourd'hui CFAO) grâce à l'intervention de son cousin.

       En 1977, il a été recommandé à une institution financière à la recherche d'un candidat ayant des compétences en informatique, acquises lors de son séjour en Côte d'Ivoire. Après deux ans dans le secteur bancaire, il a découvert son talent pour le théâtre.

     Gustave Sorgho a fait ses premiers pas dans le monde du théâtre par le biais de prestations radiophoniques avant de monter sur scène. Il a eu l'opportunité de travailler avec l'illustre Sotigui Kouyaté dans les années 80, jouant son premier grand rôle dans le film "Le courage des autres", réalisé par Christian Richard. Cette expérience a été le point de départ d'une carrière florissante.

      En 1979, il rencontre Feu Sembène Ousmane, un autre géant du cinéma, qui a joué un rôle crucial dans son développement en tant qu'acteur. Sorgho a beaucoup obtenu de son mentorat et a participé à des films majeurs tels que "Camp de Thiaroye". Il se souvient avec gratitude de cette période où Sembène Ousmane l'a soutenu et l'a aidé à s'épanouir dans le monde du cinéma.

         Au fil des ans, Gustave Sorgho s'est perfectionné en côtoyant des figures emblématiques du cinéma et du théâtre burkinabè et africain, dont Gaston Kaboré, Idrissa Ouédraogo, Missa Hebie, Cheick Omar Cissoko, Valérie Kaboré, Apolline Traoré, Bassori Timite, Ydévert Meda , Abderhamane Cissako, Souleymane Cissé, Clairance Delgado, et bien d'autres.

     Gustave Sorgho est un exemple vivant de la possibilité de vivre sa passion avec détermination. D'enseignant autrefois, il est devenu un artiste comédien accompli, ayant joué dans une cinquantaine de rôles à travers des films, des séries et des pièces de théâtre. Sa trajectoire inspirante rappelle à tous que lorsque la passion et le travail se rencontrent, de grandes réalisations sont à portée de main.

Articles connexes