HISTOIRE : L’HISTOIRE DES INDÉPENDANCES AFRICAINES QU’ON NE VOUS A JAMAIS CONTÉE

  • Par La rédaction
  • 04 Août 2021
  • 1438 vues

« Les soleils des indépendances ». Voilà comment a été appelée cette période qui a marquée le processus d’indépendance des Etats africains.


La décennie 1950-1960 fut une ère nouvelle pour de nombreux pays africains. Une ère de liberté, d’émancipation et de responsabilité.

L’histoire nous apprend qu’à la fin du XIXe siècle, à la suite de la conférence de Berlin en Allemagne, l’Afrique fut partagée comme un gâteau par les puissances européennes. Ainsi, débute la colonisation.

Longtemps humiliés, bafoués et assujettis, les Etats africains voient enfin la lumière des indépendances dans les années 60.

En outre, plusieurs raisons expliquent cette bouffée d’air qui a soufflé sur l’Afrique.

Il s’agit, entre autres, de l’influence des deux guerres mondiales et la crise économique des années 30 qui ont été des éléments catalyseurs dans le processus des indépendances en Afrique.

En effet, ces guerres ont affaibli les puissances, brisant ainsi le mythe « du maitre invincible » de la métropole vis-à-vis de leurs colonies. Ce qui favorisa la naissance de mouvements de revendication, de syndicats et l’éclosion des élites indigènes. On cite entre autre parmi ces nouveaux intellectuels Kwamé Nkrumah de la Côte de l’Or (actuel Ghana), de Felix Houphouët Boigny de la Côte d’Ivoire, Léopold Sedar Senghor du Sénégal et de Jomo Kenyatta du Kenya qui, ensemble à travers des mouvements politiques, ont lutté pour l’indépendance de leur continent. Par ailleurs, il y avait ce sentiment anticolonialiste des deux nouveaux rois du monde que sont les Etats Unis et l’URSS. Face à toutes ces pressions, les pays colonisateurs se voyaient menacés car l’émancipation des peuples africains était devenue inévitable. Ainsi débute le processus des indépendances.

Tout commence avec les britanniques qui procèdent par une indépendance contrôlée. Ils libèrent des opposants comme Kwamé Nkrumah ou Jomo Kenyatta qui deviendront plus tard les premiers chefs d’Etats de leurs pays. Dès 1957 le Ghana obtient son indépendance.


À lire aussi| Abidjan-Retro : L’HISTOIRE DU PONT FÉLIX HOUPHOUËT.

À lire aussi| Congo : Les héros méconnus de la lutte anti-impérialiste


La France, quant à elle décide d’être beaucoup plus autoritaire vis-à-vis de ses colonies.  Son processus d’indépendance contraint ses colonies à signer des accords qui limiteraient leurs prérogatives une fois indépendants. Par conséquent, ces Etats restaient sous couvert de la France dans divers domaines. Entre autres, le domaine financier, économique et même politique. Instinctivement, tout dirigeant qui se rebellait contre ces indépendances tronquées était volontairement assassiné. Ce fut le cas du togolais OLYMPIO SYLVANUS. Toutefois, cette barbarie n’a pas empêché des Etats comme la Guinée française d’obtenir leur indépendance plus tôt, c’est-à-dire en 1958, suite à un référendum. Deux ans plus tard, en 1960, de nombreux Etats africains obtiennent à leur tour leur indépendance. Le Niger le 04 Août1960, le Burkina le 05 Août 1960, la Côte d’ivoire le 07 Août 1960, etc.

Cependant, si la décolonisation a été pacifique pour certains Etats, elle fut violente pour d’autres. Le Congo belge en est l’exemple. Il a subi une série de violences passant par des guerres de libération avec l’usage de la Guérilla. Les colonies portugaises (Mozambique, Namibie, Cap vert et la Guinée Bissau), quant à elles, ont pu avoir leurs indépendances 15 ans après, c’est-à-dire en 1975.

Au soir des soixantenaires de plusieurs Etats dont la Côte d’Ivoire, l’indépendance est aujourd’hui célébrée comme une fête nationale. Une fête à l’occasion de laquelle sont organisés des défilés militaires, des cérémonies d’hommage et des festivités de retrouvailles dans les villages. Les plus jeunes quant à eux se réunissent, organisent des compétitions sportives ou se rendent dans des maquis ou bars pour célébrer la fête de la liberté à leur façon. Ces jours d’indépendance sont déclarés jours fériés chômés et payés partout sur le territoire national.

SIDIBE IBRAHIM

Articles connexes