JACOB DESVARIEUX: Les liens particuliers au pays d’Houphouet-Boigny.

  • Par Akina De Kouassi
  • 01 Août 2021
  • 684 vues

La disparition du fondateur du Groupe Kassav, emporté par la Cocid-19 à l’âge de 66 ans, est survenue le vendredi 30 Juillet dernier à Pointe-à-Pitre. Djasso.com rend ici hommage à l’artiste, la plus grande fierté de la musique caribéenne.


Musicien dans l’âme

Né le 21 Nov 1955 à Paris, Jacob Desvarieux passe l’enfance en Gouadeloupe puis l’adolescence au Sénégal et en France, avec sa mère. Déjà à l’âge de 16 ans, il se jette dans la musique et crée à Marseille un groupe rock avec ses amis. Mais c’est sa rencontre, en 1979 avec Pierre-Edouard Décimus à Paris, qui sera décisive pour sa carrière musicale : ensemble, ils créent le groupe Kassav qui conçoit une nouvelle orientation à la musique antillaise. Ainsi nait le ZOUK.

Dans la décennie suivante, le groupe Kassav marque d’une empreinte indélébile la vie musicale des Antilles. Sollicités partout, Jacob Desvarieux et ses amis musiciens et chanteurs Pierre-Edouard Decimus, Jocelyne Béroard, Jean-Philippe Marthely, Jean-Claude Naimro, Patrick Saint-Eloi, ont effectué des tournées à travers le monde, en glanant des prix. Selon RFI, le groupe Kassav a eu le privilège d’être le premier groupe noir à jouer en Russie.

Talents reconnus de tous

Les fans du groupe Kassav et les mélomanes en général se souviennent des titres cultes, tels que : « Yelele », « Goree », « Banzawa », « Oh Madiana », et surtout la chanson « Zouk la se sel medikaman nou ni » dont l’album s’est vendu en 1990 à un million d’exemplaires. Au cours de la décennie 2000, Jacob Desvarieux a par ailleurs  enregistré d’autres albums, en collaboration avec Jocelyne Beroard, Lynsha, Passi, etc. Des albums qui hissent davantage le zouk comme étendard créole dans le monde.

C’est donc à juste titre que Jacob Desvarieux, co-fondateur et leader incontesté du groupe Kassav, obtiendra diverses distinctions : Officier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur, Officier des Arts et Lettres (en France) et Officier de l’Ordre du Mérite (au Sénégal). Malheureusement, le diabète avait affaibli l’artiste ces dernières années.

 Le site francetvinfo.fr révèle que : « le musicien guadeloupéen s'était rendu dans un état de faiblesse, au Centre Hospitalier Universitaire des Abymes (Guadeloupe) le 12 juillet 2021, dans le cadre des contrôles périodiques qu'il doit effectuer depuis la greffe de rein qu'il a subie. Et c'est au cours de ce contrôle qu'il a été testé positif à la Covid-19. Depuis, le célèbre musicien était hospitalisé, en raison de complications liées à sa greffe. »

Hélas, le vendredi 30 juillet 2021, Jacob Desvarieux a rangé à jamais son micro et sa guitare.

Liens particuliers au pays d’Houphouet-Boigny

L’histoire du succès des Kassav prend sa source en terre africaine, singulièrement en Cote d’Ivoire. En effet, tout est parti de ce fabuleux concert organisé à Bouaké en 1985, reconnaissait Jacob Desvarieux lui-meme il y a deux ans au cours d’une émission de RFI, Canal Tropical : « Kassav remercie Bouaké », dira l’artiste, avant d’expliquer : « Il y a eu d’abord ce concert un peu privé à l’Hôtel Ivoire (…) ; puis d’autres à Yamoussoukro et à Bouaké… »

 L’artiste raconte que c’est à Bouaké que le groupe Kassav « a joué devant 35 000 personnes. C’était inimaginable… Le stade était plein comme un œuf. C’était une folie telle que les autres pays d’Afrique se sont dit : pourquoi pas nous ? », a ajouté l’invité de Gilles Obringer sur RFI. Puis, Desvarieux et ses amis ont été invités au Togo, au Bénin, au Sénégal, au Cameroun, au Gabon, au Mozambique, en Angola et ailleurs.

Jacob Desvarieux n’a pas manqué avant sa mort de dire merci aux populations de Bouaké d’où tout le succès planétaire du groupe mythique est parti. Mais Gagnoa, ville du centre-ouest de la Cote d’Ivoire, pleure également Jacob Desvarieux. Le stade Victor Biaka Boda a accueilli le groupe Kassav, après Bouaké. A cette occasion, toute la Cité du Fromager a vibré au son du Zouk, concept afro-caribéen qui est une pure création de Jacob Desvarieux et ses amis. La population de Gagnoa a donc adopté le groupe devenu mythique par la suite. Avec Bouaké et Gagnoa, c’est bien tous les mélomanes de Cote d’Ivoire, notamment les férus de Zouk qui pleurent l’artiste.            

Articles connexes