La province canadienne du Nouveau-Brunswick a confirmé à Paris le 14 février 2019 au Comité International des Jeux de la Francophonie (CIJF) son désistement d’accueillir la 9e édition desdits Jeux.

  • Par Akina De kouassi
  • 15 Fév. 2019
  • 133 vues

La tenue de la 9e édition des Jeux de la Francophonie, 4 ans après Abidjan en 2017, est menacée suite au désistement du Nouveau-Brunswick.


Aucun autre pays n’a pour le moment manifesté le désir d’accueillir cette 9e édition pour suppléer la province canadienne du Nouveau-Brunswick choisie en 2016 pour accueillir cette manifestation sportive et culturelle internationale.

C’est du moins ce qu’a indiqué Annie Laflamme qui a présidé le jeudi 14 février le conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la francophonie (CIJF). « Il n’y a pas eu de candidature… En fait, on ne sait pas quel terme utiliser, parce qu’il y avait des finalistes [lorsque le Nouveau-Brunswick a été choisi en 2016, Ndlr]. Il n’y a pas eu de proposition officielle déposée ce matin », a reconnu Annie Laflamme.

Difficile de confirmer que les jeux de la Francophonie vont se tenir en 2021, même si les discussions pour trouver un pays hôte se poursuivent encore. Pour rappel, le vendredi 15 février a été consacré à l’appel à candidature de la 10e édition en 2025 des jeux de la Francophonie. Cette même journée a par ailleurs abrité les discussions en vue de sauver l’année 2021. Sans issue pour l'heure.

En effet, il faut savoir que c’est seulement le 30 janvier dernier que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé sa décision de désister. Même s’il s’avère difficile de trouver un remplaçant en  cette mi-février, l’espoir n’est cependant pas perdu pour sauver l’édition 2021 des jeux de la Francophonie. Nous apprenons que Sherbrooke et le Québec sont intéressés. En tout cas, les candidatures restent ouvertes.

Nous y reviendrons.

Source : Rfi

Articles connexes