LITTERATURE : HENRI LOPES, FIERTE DU CONGO.

  • Par Balla Tomakoté
  • 18 Janv. 2021
  • 384 vues

De tous les écrivains congolais, Henri Lopez demeure le plus connu en raison de sa longévité, de sa production généreuse et de la pertinence de la thématique développée dans son œuvre.


1. VIE DE L’AUTEUR

Né le 12 septembre 1937 à Léopoldville (rebaptisée Kinshasa), Henri Lopez fait ses études successivement à Brazzaville et à Bangui, avant de les poursuivre en France (Paris et Nantes). Il les achève à l’université de la Sorbonne où il est engagé ensuite comme enseignant.

Henri Lopez rentre au pays en 1966. Il est recruté comme professeur d’histoire à l’ENS d’Afrique Centrale à Brazzaville, avant d’être nommé Directeur de l’Enseignement, et ce jusqu’en 1968. En 1969, il entame une longue carrière politique : il devient Ministre de l’Education Nationale, puis   Ministre des Affaires Etrangères en 1972 et Premier Ministre en 1973. Plus tard, il occupera le portefeuille des Finances de 1977 à 1980.

A partir de 1981, Henri Lopez entre à l’UNESCO où il deviendra Directeur Général Adjoint chargé de la Culture et des Relations Extérieures de 1982 à 1998. Enfin, en Octobre 1998, il est nommé Ambassadeur du Congo en France. En somme, une riche carrière politique et diplomatique qui n’a fort heureusement pas empêché l’homme d’être l’une des plus belles plumes du continent africain.  

2. BIBLIOGRAPHIE D’HENRI LOPEZ

L’œuvre d’Henri Lopez est constituée essentiellement de romans ; mais l’on y compte également des récits, des nouvelles et des essais. Dans l’ordre chronologique, nous avons :

*NOUVELLES

-TRIBALIQUES, 1971

-MALUKU AU TEMPS DES BATEAUX A ROUES, 1993.

*ROMANS

-LA NOUVELLE ROMANCE, 1976

-SANS TAMTAM, 1977

-LE PLEURER RIRE, 1982

-LE CHERCHEUR D’AFRIQUES, 1990

-SUR L’AUTRE RIVE, 1992

-LE LYS ET LE FLAMBOYANT, 1997

-DOSSIER CLASSE, 2001

-UNE ENFANT DE POTO-POTO, 2012

-LE MERIDIONAL, 2015

- IL EST DEJA DEMAIN

*ESSAI

-MA GRAND-MERE BANTOUE ET MES ANCETRE LES GAULOIS

 

3. QUELQUES MORCEAUX CHOISIS

« Je ne suis pas un Congolais typique. Ni mon nom ni ma couleur n’indiquent mon identité. Et c’est bien ainsi, comme je vous descends du chimpanzé » (Ma grand-mère Bantoue et mes ancêtres les Gaulois)

« Je viens d’une planète où chaque être a plusieurs mères, plusieurs pères (et) où l’on chante et danse aux obsèques » (Le Méridional)

« Les étrangers s’étonnaient de notre insouciance. Les malheureux n’avaient  pas compris qu’au Congo, si on danse pour courtiser, pour célébrer la lune, la moisson, le nouveau-né, le mariage, on danse pour exprimer sa tristesse. On danse pour prier. On danse pour pleurer ses morts » (Une enfant de Poto-Poto).

Ces citations savoureuses démontrent qu’Henri Lopez n’a jamais été coupé des réalités africaines. En effet, chacune de ses œuvres écrites au Congo évoque les contradictions et les affres de l’Afrique indépendante ; tandis que celles écrites à partir du continent européen révèlent des personnages en quête de leur identité individuelle dans une Afrique en développement.

Source: Wikipédia

Articles connexes