Renaissance africaine : Abidjan a reçu la 8e convention mondiale des Kamites.

  • Par Akina De kouassi
  • 14 Juin 2019
  • 98 vues

L’Hôtel Belle Côte, sis à la Riviera Palmeraie, a accueilli le 27 mai dernier la 8e convention mondiale de l’Afrocentricity International.


Cette 8è convention mondiale a été consacrée à feux CHEIK ANTA DIOP et MARCUS GARVEY, deux figures emblématiques de la Renaissance africaine. En effet, l’Afrocentricity International est une organisation internationale panafricaine qui prône le retour aux valeurs ancestrales africaines.

Ainsi, le lundi 27 Mai 2019, élèves, étudiants et autres hommes ou femmes exerçant dans divers secteurs d’activité ont effectué massivement le déplacement pour prendre d’assaut l’amphithéâtre de l’Hôtel Belle Côte, où se tenait la 8e convention mondiale de l’Afrocentricity International, meublée d’un colloque scientifique autour du thème : « L’autodétermination Kamite pour une vraie renaissance ».

Cette rencontre a vu la participation de plusieurs personnalités ayant pour centre d’intérêt commun, le renouveau africain. Il s’agit notamment de Ama Mazama, du Professeur Keté Asanté, venu du Shenuty Adama (Ghana) et de Boni Mel de Cote d’Ivoire. Elles ont donné à la jeune génération les recettes pour une Afrique nouvelle qui passe inéluctablement par le « Sankofa ». Traduit de l’anglais « Go back and get it », Sankofa est un mot en langue Twi du Ghana qui se traduit « Aller chercher l’information à la Source ». C’est le symbole de la connaissance et de la sagesse Akan. Il est symbolisé par une forme de cœur stylisé ou par un oiseau dont la tête est tournée vers l’arrière, tenant un œuf précieux dans la bouche tout en avançant.

Outre le colloque scientifique, cette édition a été marquée du 29 mai au 4 juin par l’Afrocentricity Tour. Ce qui a permis de renouer comme par le passé, avec les forces de la nature. A cet effet, plusieurs visites ont été effectuées : le 29 mai au centre (en chantier) de préservation du patrimoine culturel africain de l’organisation, avec « un village et une rivière sacrée de N’jem » ; ensuite, le 30 mai, au royaume Akan Sanwi pour rencontrer le roi du krindjabo et découvrir de la clinique de psychiatrie africaine de Ayénouan. Le 31 mai a été le jour de visite de la Métropole Akan de Bassam, la place forte de la résistance anticolonialiste. Yamoussoukro, dans le royaume baoulé, a pris le relais les 1er et 02 Juin 2019 pour la visite du lac aux caïmans et un entretien avec Assoko Yao Djero en vue d’une « immersion culturelle ».

 SILA 2019 : panel litteraire sur le thème ‘’livre & Nation’’ 

 

Articles connexes