TCHIN DAN FESTIVAL 2021: «FEMMES ET TENUES TRADITIONNELLES » À L’HONNEUR.

  • Par Akina De Kouassi
  • 18 Juil. 2021
  • 285 vues

Après une édition ratée, la grande messe du pagne traditionnel des Gbomi reprend du 12 au 15 août prochain à Bomizambo et Kondeyaokro, dans le département de Tiébissou.


Interrompue l’année dernière pour cause de coronavirus, la traditionnelle célébration de la richesse culturelle du Gbomi se poursuit avec la 6ème édition du 12 au 15 août à Bomizambo et Kondeyaokro, à Tiébissou.

Et, c’est le Musée des civilisations d’Abidjan-Plateau qui a abrité la cérémonie de lancement de cette édition, par Gbané Ousmane, le commissaire général du Tchin Dan festival, en présence des têtes couronnées de la tribu des Gbomi, notamment Nanan Kouakou Daniel, chef de la tribu Gbomi, ainsi que des autorités administratives et locales du département de Tiébissou ; Bertin Yao Koffi, 2e adjoint au maire de Tiébissou, représentant le maire N’Dri Germain; Koua-kou Elvis, président de la Mutuelle de Kondeyaokro; Kouakou Antonin, président de la Mutuelle de Bomizambo et Faustin Bohoussou, historien-géographe.

Cette rencontre a été l’occasion pour le commissaire général de donner les grandes articulations de l’édition 2021 du festival, après avoir traduit sa reconnaissance aux partenaires qui l’accompagnent depuis l’entame du festival. « Aujourd’hui, très peu d’Ivoiriens, voire d’Africains, peuvent se targuer de s’habiller dans une tenue qui permet de les reconnaître en temps qu’Africains. Pourtant, nos tenues et nos étoffes sont très belles. Nous, dépositaires du pagne baoulé dans le Gbomi, nous nous sommes assigné pour mission de promouvoir ce pagne et, partant, le pagne traditionnel dans toute sa diversité. C’est ce qui motive la création de ce festival avec pour objectif de promouvoir notre identité culturelle à travers notre façon de nous habiller », a révélé Gbané Ousmane dans son allocution.

Au-delà des festivités que présente le Tchin Dan, entendez par là (Le grand jour, pour marquer la grandeur de cette rencontre), le festival du pagne traditionnel de Bomizambo a des raisons d’ordre économique. « Aujourd’hui, les jeunes du Gbomi, contrairement à ceux des autres régions, quittent la ville pour revenir s’installer au village afin de prospérer dans les activités de tissage du pagne », indiquait en aval le commissaire général. Selon lui, l’activité de tissage du pagne dans le Gbomi constitue la première source de revenus des hommes, avant même l’agriculture.

Notons par ailleurs que cette 6ème édition du Tchin Dan Festival est placée sous le parrainage de Myss Belmonde Dogo, ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté et sous la co-présidence d’Harlette Badou N’Guessan, ministre de la Culture et de l’industrie des arts et du spectacle ainsi que du ministre de la Promotion des Pme, de l’Artisanat et de la Transformation du secteur informel, Félix Anoblé. Le thème central de l’édition 2021 est donc libellé comme suit : «Femmes et tenues traditionnelles ».

Puisque les femmes ne tissent pas dans le Gbomi et que leurs rôles se limitent à la filature et la teinture, le thème du festival va pouvoir mettre en lumière  les différents rapports des femmes dans l’industrie du pagne traditionnel.

Articles connexes