Musique: Mort des suites de la maladie à Covid-19, qui était Manu Dibango ?

  • Par Akina De kouassi
  • 24 Mars 2020
  • 183 vues

Le monde musical est en train de payer un lourd tribut des dégâts humanitaires du Covid-19.


Après avoir emporté le roi du Soukouss, le congolais Aurlus Mabélé le jeudi 19 mars dernier à Paris, c’est sur le saxophoniste camerounais, Manu Dibango qu’il a décidé de jeter son sinistre dévolu ce mardi 24 mars 2020.

Né à Douala de père fonctionnaire et d’une mère couturière à la maison, Michel Manfred N'Djoké Dibango dit Manu Dibango a été piqué du virus de l’art musical dans la chorale du temple, dont sa mère était occasionnellement professeur.

Il commence l’école dans son village, avant d’être inscrit à l’école française où il obtient son certificat d’étude. Puis, son père l’envoie, en 1949, poursuivre ses études en France, précisément à Marseille où il est accueilli par M. Chevallier, instituteur de Saint-Calais qui sera son tuteur. Dans son autobiographie intitulée « Trois kilos de café », on apprendra que son sac contenait 3 kilos de café lorsqu’il débarquait en France. Le café, denrée rare et chère à cette époque, dont la commercialisation lui a permis de payer ses premiers mois de pension. 

C’est au cours de ses années universitaires, en 1950 à Chartres, puis à Château-Thierry que Manu Dibango découvre le jazz. Lors d'un séjour dans un centre de colonie réservé aux enfants camerounais résidant en France, à Saint-Hilaire-du-Harcouët, il découvre le saxophone emprunté à son ami Moyébé Ndédi et y rencontre Francis Bebey. Ce dernier lui apprend les bases du jazz et ils forment un petit groupe jouant de cette musique. Mais c'est à Reims, où il prépare le baccalauréat philo, qu'il s'initie au saxophone et commence à se produire dans les « boîtes » et les bals de campagne, au grand dam de son père, qui lui coupe les vivres en 1956, lorsqu'il échoue à la seconde partie du baccalauréat.

Différents contrats le mènent à la fin de l'année 1956 en Belgique, où il joue dans des orchestres dans des clubs privés, des cabarets : à Bruxelles, où il fait la connaissance d'une artiste peintre et mannequin (Marie-Josée dite Coco qu'il épouse en 1957), à Anvers et à Charleroi, où son jazz s'africanise au contact du milieu congolais dans l'ambiance de l'accession du Congo belge à l'indépendance en 1960. Il est notamment chef d'orchestre dans la boîte bruxelloise « les Anges Noirs », que les politiciens et intellectuels congolais, en pleine négociation pour l'indépendance de leur pays, fréquentent. C'est là qu'il rencontre Grand Kalle, qui l'engage dans son orchestre. Ils enregistrent plusieurs disques, qui remportent le succès en Afrique (notamment Indépendance Cha Cha au Congo Léopoldville) et les amènent pour une tournée au Congo Léopoldville en août 1961. Le couple Dibango prend parallèlement en gérance l’Afro-Negro à Léopoldville, où Manu lance le twist en 1962 avec le titre Twist A Léo. En 1963, à la demande de son père, il ouvre son propre club au Cameroun, le Tam Tam, qui se révèle un échec financier à cause du couvre-feu imposé pendant la guerre civile, si bien qu'il revient en France en 1965.

En 1967, Manu Dibango trône à la tête de son premier big band. Il crée et développe son style musical, novateur et urbain et découvre le rythm and blues. Il participe à une série d’émissions télévisées intitulée  « Pulsations », dont le producteur est Gésip Légitimus. Il est alors mis en relation avec Dick Rivers et Nino Ferrer, vedettes de l'époque ayant aussi participé aux émissions de Légitimus. Il joue de l'orgue Hammond pour Dick Rivers pendant six mois, puis est engagé par Nino Ferrer. Ce dernier le fait jouer de l'orgue, puis du saxophone quand il s'aperçoit qu'il sait jouer de cet instrument, avant de lui donner la direction de l'orchestre. En 1969, son album afro-jazz Saxy Party produit chez Mercury (Philips), composé de reprise et de compositions personnelles, lui font renouer avec le succès9.

En 1972, la face B d'un 45 tours, Soul Makossa10, fait la conquête des États-Unis et lui vaut d'y faire une tournée. Ses accents africains passionnent les musiciens noirs d'Amérique.

Dans les années 1980, il accompagne notamment Serge Gainsbourg[réf. nécessaire].

En 1992, Yves Bigot (Fnac Music) lui propose d'enregistrer Wakafrika, un album de reprises des plus grands tubes africains avec la crème des artistes africains et des musiciens internationaux. L'album, dont George Acogny assure la réalisation et Philippe Poustis la production exécutive, paraîtra dans le monde entier. Projet ambitieux de réunification musicale de l'Afrique, Manu revisite le patrimoine de la chanson en invitant les ténors Youssou N'dour sur Soul Makossa, King Sunny Adé sur Hi-Life, Salif Keïta, sur Emma, Angélique Kidjo et Papa Wemba, sur Ami Oh !, sans oublier Peter Gabriel, Sinéad O'Connor, Dominic Miller (guitariste de Sting) et Manu Katché (entre autres). Le single Biko (avec Alex Brown, Peter Gabriel, Ladysmith Black Mambazo, Geoffrey Oryema et Sinéad O'Connor) sera remixé à Atlanta par Brendan O'Brien.

En 1997, Dibango crée le Festival Soirs au Village (titre d'une de ses chansons) dans la ville qui l'a accueilli, Saint-Calais. Ce festival a lieu tous les ans depuis.

En 2001, il est invité par Werrason pour une collaboration dans une chanson Croix-Rouge humanitaire dans l'album Kibwisa Mpimpa avec la chanteuse Nathalie Makoma.

En 2007, Manu Dibango est le parrain officiel de la vingtième édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) du 24 février au 3 mars 2007.

Le 3 février 2009, Manu Dibango décide d'attaquer les maisons de disques de Michael Jackson et de Rihanna (Sony BMG, Warner et EMI) pour avoir utilisé sans autorisation le thème de Soul Makossa10. Le tribunal a donné sa décision le 17 février 2009 en déboutant sur la forme le chanteur camerounais. Finalement la procédure se solde par un arrangement financier à l'amiable.

Le 8 septembre 2015, la Secrétaire Générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie, Michaëlle Jean, nomme Manu Dibango Grand Témoin de la Francophonie aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio 2016.

Le 2 juillet 2016, il passe en vedette au premier Jazz Festival de Port-Barcarès.

Ce mardi 24 mars 2020, après avoir lutté pendant six jours entre la vie et mort, Manu Dibango range définitivement son xylophone, pour le pays des pieds allongés.

Articles connexes