Show-Biz : FRANÇOIS KONIAN, LE GRAND DÉTECTEUR DE TALENTS !

  • Par Aboubacar Ben Doumbia
  • 07 Juin 2024
  • 343 vues

Un baobab est tombé le 07 juin 2016. Il y a 8 ans déjà ! FRANÇOIS KONIAN surnommé "Le Boss" par les membres du mythique groupe WOYA qui a vu éclore des génies de la musique tels feu Marcellin Yacé, Tiane, Manu Gawlo, David Tayorauld, Amy Bamba...


       Hommage à ce grand homme qui aura marqué d'une empreinte indélébile l'histoire de la musique ivoirienne moderne et de son industrialisation en Côte d'Ivoire !

         François KONIAN, fils de feu Konian Kodjo, ex-maire de la commune de la commune de DIVO a été très tôt piqué par le virus de la musique. "le Boss jouait à la guitare basse dans sa jeunesse", confie l'artiste chanteuse Tiane.

 "Oui, Tonton jouait à la guitare basse en 1967", renchérit Aude Kacou, la nièce de François KONIAN.

           Au travail, François KONIAN était un homme rigoureux, un homme qui connaissait le showbuisiness, nous révèle Tiane avant d'ajouter :

 "Nous répétions de 08 h du matin jusqu’ à 18h00. On faisait des pauses pour manger de midi à 14 h"

         "Quand le groupe "WOYA" répétait, tant que ce n'était pas encore comme il voulait, on ne pouvait pas s'arrêter, encore moins manger...", confie l'ex membre et ex-compagne de feu Marcellin Yacé avec qui elle a eu une fille du nom de Belinda qui s'essayera plus tard avec succès à la musique sous la houlette de son arrangeur de père.

           La rigueur et la recherche de l'excellence ont toujours guidé François KONIAN dans ses entreprises. L'épisode de la formation du groupe WOYA, ces jeunes musiciens-planteurs, fer de lance de la politique d'auto- suffisance alimentaire du président Félix Houphouet-Boigny vers la moitié des années 80 n'échappera pas à cette règle !

           "Nous travaillions au champ de 6 h à 7h 30, je crois. Mais ça, c’était avant que Woya devienne ce grand groupe-là. Après, on n'avait plus vraiment le temps pour les travaux champêtres", révèle l'artiste chanteuse Tiane.

           Rebelle et patriote dans l'âme, François KONIAN décide de lancer la première industrie musicale en Côte d'Ivoire dans les années 70, sur un marché largement dominé par les étrangers venus de l'Afrique de l'ouest. Il fonde la société ivoirienne de l'industrie du son (SIIS), sur le site qui accueillera plus tard la première radio commerciale aux capitaux ivoiriens : RADIO JAM FM.

         De grosses pointures de la musique africaine telles Ernesto Djédjé, Bébé Manga, Bailly Spinto auront des vinyles sortis de cette usine qui finira par convaincre les parents du jeune François sur son engagement dans la musique.

      Musicien, producteur, industriel et promoteur de radio, François KONIAN a été aussi manager d'artistes. Cette casquette que beaucoup d'admirateurs du "Patron" ignorent nous a été révélée par Paul-Marie Djedji :

            "En 1979, François Konian a entrepris de monter un groupe composé d'enfants et adolescents à Treichville. Le groupe était composé de William Mahilet, guitare solo, 10 ans et chef d'orchestre. Paul-Marie DJEDJI, guitare rythmique, Alexandre Adingra, clavier, Atchimon Barthélémy aux percussions, Lucien à la basse, Philippe Ehui (deza xxl) à la batterie, il y a eu également nezou Isaac et Bangré Camille comme batteurs. Lead vocal, Kourouma Ibrahim et feu Boniface. François Konian, propriétaire de la SIIS, devenue Radio Jam finançait nos répétitions au Centre culturel de Treichville, en face de la piscine d'état. Le nom du groupe " Play New boys" je crois que c'est ça. Ça fait tellement longtemps. Suite à des malentendus entre membres, le groupe s'est disloqué. Deza a pu faire carrière dans la musique. "

       François KONIAN était un véritable touche à tout le monde du showbuisiness. Il branchait souvent ses appareils de sons lui-même. Il roulait lui-même sa voiture. Il est le premier ivoirien à posséder une moto Harley Davidson dont il était fier. N'empêche que l'homme était aussi très discret. Il fuyait les interviews de la presse comme la peste. Cependant il est le père de Léonie Konian, une talentueuse animatrice qui faisait partie de la première équipe de Radio FRÉQUENCE 2 à l'âge de 21 ans...

            François KONIAN a été le catalyseur de la musique urbaine en Côte d'Ivoire avec les Woya, le groupe R.A.S dont est issu le pasteur Guy Vincent Kodja (Turbo)et Bony Dagrou (POWER).

         Il est bon de noter qu'il a été aussi le producteur de Jimmy Hyacinthe, Dapley Stone, Bébé Manga, Nayanka Bell...

  FRANÇOIS KONIAN VU PAR SERGE KASSY :

            "Je garde de Konian l’homme qui a toujours vécu pour la musique ivoirienne,
l’homme qui a donné de sa vie pour le  professionnalisme de  cette musique ivoirienne, un perfectionnisme né, qui a marqué la musique ivoirienne .toujours à la recherche de la perfection et qui nous l » a démontré avec sa création  woya, l’on a  vu pour la première fois en Côte d’Ivoire , des jeunes qu’il  a pris sous sa coupole depuis les fins de la ville du djiboua qui va se relever un grand groupe africain maîtrisant avec perfection et  effet immédiat, la nouvelle technologie musicale qui venait d’apparaître dans le showbizz mondial ..au plan même des médias, il créa sa radio où il donna de son emprunte même  dans sa sélection sur sa chaine qui s’imposera dans le pays pour  ce qu’il y a de meilleurs du moment, dans une rigueur sans pareil, c’était ça konian ,et il ne l’a volé  ce nom que tout mélomane se  plaisait à l’appeler .THE BOSS
."

FRANÇOIS KONIAN VU PAR GEORGES AZZIZ (Producteur de spectacles) :

          "François KONIAN fut le producteur du maison de disques antan, le premier ivoirien, tout comme il fut le premier ivoirien à avoir une radio commerciale" JAM" . Il a été le producteur de nombreux artistes ivoiriens et africain.  Bébé manga, Jimmy Hyacinthe,Salles Stone Nayanka la liste est longue"

En 1998, la maison de disques MSL JAT MUSIC décide le retour du groupe WOYA sur le marché du disque et sur lla scène. Une ville ? Yamoussoukro la ville si chère à François KONIAN est choisie. Un car est affrété aux nombreux artistes (Kush, Antoinette ALLANY, le groupe WOYA) et de nombreux journalistes dont votre serviteur. À YAMOUSSOUKRO, dans la salle il y a le ministre Konan Banny, l'oncle de François KONIAN et lui-même. Au moment du tour de chant du groupe WOYA, François KONIAN fond en larmes. Incroyable mais vrai : Le grand boss, le dur pleure à chaudes larmes. Émotions ! Émotions ! Émotions ! François KONIAN au delà de la rigueur qui le caractérisait était aussi un homme !

       Au regard du parcours et l'œuvre impressionnante (un grand stock de collections de disques), François KONIAN a notre humble avis mérite d'avoir un musée baptisé en son nom pour l'immortaliser dans la mémoire collective !

Aboubacar Ben Doumbia

Découvrez en images ...

Image
Image
Image
Image

Articles connexes