Afrique: Kinshasa, la perle du Congo!

  • Par Saidi Mamadou Ouedraogo
  • 02 Janv. 2021
  • 416 vues

D’une superficie de 9965 kilomètres carrés, Kinshasa ou « marché au sel » (en Kikongo) abrite une population d’environ 15 millions d’habitants. Elle est officiellement la plus grande capitale du monde francophone.


Kinshasa, ville créative

Baptisée ville innovante par l’UNESCO, Kinshasa est une ville cosmopolite qui grouille de jeunes créatifs rivalisant d’ingéniosité afin de duper la grande misère du quotidien. Les petits métiers y sont légion. De la vente de journaux à la volée au commerce de pain à la sauvette, en passant par les échanges de billets, les populations luttent pour des lendemains meilleurs. La République Démocratique du Congo a pour monnaie le franc congolais. Mais avec la forte influence des États-Unis sur les ressources minières, le dollar est la monnaie la plus prisée dans les échanges commerciaux.

Il est vrai que KIN est officiellement la plus grande capitale francophone au monde devant Paris . Mais les langues les plus utilisées ici sont le Lingala, le Kikongo et le Swahili. Capitale de la rumba, elle a vu émerger les plus grands noms de la musique Congolaise ; tels que Tabouley Rochereau, Papa Wemba, Koffi Olomidé, Fally Ipupa, Ferré Gola, Extra Musica, etc . Ces artistes ont éclos pour la plupart au quartier latin, véritable vivier de la musique au Congo RDC. Beaucoup de jeunes nourrissent l’espoir de faire carrière dans la musique à Kinshasa.

La sape aussi occupe une place importante dans la culture des 'KINOIS’. Les mouvements de ''Sapologie'' s’érigent en clans qui s’affrontent à coups de trouvailles en vêtements de grande marque, parfois hors de prix. « Pour moi la sape est un art, la sape est une discipline, la sape est un métier»1, nous apprend Maxime Pivot Mabanza, un sapeur du haut de ses 36 ans de carrière.

Chacune de leurs apparitions est une attraction dans leurs quartiers respectifs. Associant le verbe à l’élégance, ils subliment leurs costumes avec des mots bien fouillés et parfois même inventés selon l’inspiration du moment. L’artiste Papa Wemba fut l’un des plus célèbres 'sapeurs’ du pays. Ce concept est né dans les années 60, en signe de boycott de l’interdiction des costumes occidentaux (abacost, abat le costume) initiée par le président Mobutu.

Le transport à Kin 

A Kinshasa, se déplacer est un challenge permanent. L’insuffisance de bus et de taxis pour permettre le déplacement d’environ 8 millions de personnes par jour laisse voir des scènes de lutte permanente et parfois insolite. En effet, pour être dans le véhicule, peu importe la position dans laquelle on sera lors du trajet. Pour cela, même les vitres ne sont pas épargnées, quelle que soit la hauteur du véhicule ; et cette ingéniosité n’est pas l’apanage des garçons uniquement.

C’est pourquoi, de plus en plus d’entrepreneurs se tournent vers le transport pour apporter des solutions sur mesures aux difficultés de ce secteur d’activité. A l’image de la révolution opérée dans le domaine de la circulation routière. Oui, Kinshasa a une particularité qui la rend unique. Elle est la première capitale au monde à avoir des robots humanoïdes pour la régulation de la circulation. Des robots made in RDC, venus remplacer les feux tricolores inefficaces face l'indiscipline des chauffeurs. Postés aux ronds-points les plus stratégiques de la ville, ils font la fierté du pays. Des outils construits par de jeunes entrepreneurs locaux ambitieux d’exporter cette technologie au-delà des frontières de la RDC.

KINSHASA, la ville contraste.

A KINSHASA, l’opulence et la pauvreté se côtoient sans jamais se mélanger. Les bâtiments de haut standing supplantent les taudis des bidonvilles omniprésents dans la ville. Les pauvres rêvant d’une vie harmonieuse adossent leurs espoirs sur la religion.

A KINSHASA, tout se vend et tout s’achète. L’un des commerces les florissants à est celui de 'la vie éternelle'. Des églises à tous les coins de rue. Des dizaines d’églises d’idéologies différentes cohabitent parfois sur des ruelles distantes de moins 100 mètres. Des prophètes y sont découverts à longueur de journée. De grosses fortunes sont créées dans cet achat 'd’une meilleure place au ciel'. Les hommes de ''dieu'' vendent parfois même des remèdes miracles censés tout guérir ou apporter chance et prospérité. La tranche de la population la plus démunie y croit fermement. La prolifération des prophètes et des églises à Kinshasa est sans égal en Afrique. Ici, nous pouvons dire qu’« A un homme affamé, mieux vaut lui apprendre à PRÊCHER que de lui donner du poisson»2

Toutefois, Kinshasa est aussi l’une des mégalopoles phares du continent. Plaque tournante du commerce en Afrique centrale, Kinshasa se développe et reluit sans cesse. Ralentie par la corruption et les fuites de capitaux sur les ressources minières, Kinshasa renait toujours des méandres des crises à répétition qui l’ont chaque fois frappée de plein fouet. Sacrée Kinshasa !

1: BBC

2: extrait de la piéce de théatre "Nazali Kinshasa" de la Cie théatre des intrigants. 

Illustration: extrait du film 'système K" 

 

Articles connexes