Musique: Doussou BAKAYOKO enflamme le stade municipal de Boundiali

  • Par Akina De Kouassi
  • 06 Avr. 2021
  • 222 vues

Ouvert le 19 Mars 2022, le Djéguélé festival, festival international du Balafon se poursuit à Boundiali. La soirée de ce vendredi 25 a été marquée par un concert géant de Doussou BAKAYOKO, artiste chanteuse originaire du Mali.


 

 
Le programme de la 6e édition du Djéguélé festival suit son cours. Au stade municipal de Boundiali, s’est tenu le vendredi 25 mars, la finale du concours de danse au son du Balafon, instrument de musique qui est l’élément centrale du Djéguélé festival.
S’en est suivi les prestations d’artiste. Le groupe ivoirien de joueurs de balafon, Balako a ouvert le bal de la soirée avec l’interprétation de diverse musiques du riche répertoire africain, en passant par le makossa, le zoblazo, aux nouvelles tendances musicale, notamment le coupé décalé, au son du balafon. C’est un public heureux qui découvrait ainsi, une autre dimension du Balafon, instrument de musique inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
Plus tard, c’est Doussou BAKAYOKO, fille de la cantatrice Nahawa Doumbia et du guitariste-compositeur, N’gou BAKAYOKO qui a tenu en haleine durant une heure trente minutes d’horloge, le public du Djéguélé festival. Sous le charme de son style particulier à elle et son timbre vocal, la ministre Mariatou Koné, par ailleurs, maire de Boundiali, s’est levée de son siège pour esquisser des pas de danse sous les ovations du public.
Rappelons que Doussou Bagayoko a remporté plusieurs concours de révélation de jeunes talents. Elle a été repérée par l’ORTM, la télévision nationale malienne. En 2001, son premier album – Sumba – qui sortait pour ses dix-huit ans, enflamma le Mali et Doussou devient la nouvelle idole de la jeunesse. Elle rejoint l’Europe en 2003, aux côtés de Frédéric Galliano autour du projet Frédéric Galliano and The African Divas. Cette création mélange des bits électroniques, avec des instruments traditionnels et des voix de divas africaines. La musique séduit et ils se produiront dans les plus grands festivals européens (Solidays, Eurockéennes, Francofolies de la Rochelle, Francofolies de Berlin…) et poursuivront par des tournées dans toute l’Europe et en Asie.
En 2005, elle est nominée « ‘étoile montante » à la sortie de son deuxième album – Dayelé – par le Ministère de la Culture du Mali. Doussou devient alors une star nationale confirmée et ses projets commencent à s’exporter dans différents pays africains et en Europe.
Une des grandes voix de la musique mandingue, elle développe des sonorités toujours influencées par la musique traditionnelle wassoulou (rythme didadi) en greffant des parfums afro-pop, afro-soul, afro-punk et même afro-dance
(coupé décalé ivoirien, ndombolo congolais) ou afro-électro. Son style séduit par son innovation et sa fraicheur.
 
 
 
 
 
 
 

Articles connexes