Cinéma: Pierre Yaméogo a tiré sa révérence

  • Par Saidi Mamadou Ouedraogo
  • 05 Avr. 2019
  • 85 vues

S'est ce lundi 1er avril 2019 que les feux des projecteurs ce sont définitivement éteint pour le grand cinéaste burkinabé Pierre Yaméogo, à l’âge de 63 ans, des suites d’une longue maladie.


Il s’est lancé dans le cinéma à l’âge de 32 ans, en 1987. Il avait pour particularité de dénoncer les effets néfastes des vieilles traditions africaines. En 2005, il sort le film Delwende, qui signifie en Moré " foi en Dieu”. Un film sur le thème du viol et de l’inceste afin de provoquer une prise de conscience chez les africains.

Traitant de sujets sensibles et touchant au système de constitution de la société africaine, Pierre Yaméogo a plusieurs fois fait l’objet de censure. En 1998, son film Silmandé (le tourbillon) qui dénonçait la mainmise des libanais sur l’économie africaine, n’est jamais sorti en Côte d’Ivoire. Toutefois, il a été un énorme succès au Burkina Faso.

Toujours dans cette optique de dénonciation, il sort un film en 2011 sur le drame des burkinabés chassés de Côte d’Ivoire intitulé Bayiri "la patrie".  Ce film a tout de suite été rejeté. Il n’a jamais été présenté au Fespaco, ni diffusé par Canal+ qui a pourtant participé à son financement.

Pierre Yaméogo a tenu bon jusqu’à la fin dans ce combat contre les inégalités dans les sociétés africaines. iI continuera à vivre eternellement à travers ses oeuvres qui ne cessent de glanner de jour en jour de nouveau adeptes . 

source: 100%culture

Articles connexes